LES ENFANTS DU CINOCHE

SIBERIADE

176.jpgСибириада
URSS
1978
drame
4h35
date de sortie : 4 septembre 2012 (en DVD)

Grand prix au Festival de Cannes

avec
Misha BABUROV (Misha)
et Natalia ANDREITCHENKO (Anastasya Solomina) Sergueï CHAKOUROV (Spiridon Solomine) Vitaly SOLOMINE (Nikolaï Oustioujine)

 

le sujet

A Yelane, un village perdu au fin fond de la Sibérie, deux familles se détestent cordialement : les fortunés Solomine et les misérables Oustioujine.

sibiriada-1979-005117.jpg
En 1917, la révolution éclate, un événement qui bouleverse de fond en comble la réalité sociale dans toute la Russie, et à Yelane.

sansSIB-titre.pngPour les Solomine, qui ont tout à y perdre, il n’est pas question de reconnaître la nouvelle autorité.
Nikolaï Oustioujine se sent bien seul, dans ses efforts pour les amener à changer leurs habitudes.

 
le réalisateur

Né en 1937 dans une famille d'intellectuels et d'artistes, Andreï MIKHALKOV prend comme pseudonyme le nom de son grand-père maternel, le peintre Piotr Kontchalovski.
Il est le fils de l'écrivain Sergueï Mikhalkov, et le frère du cinéaste Nikita Mikhalkov.
Se destinant à une carrière de pianiste, Andreï étudie dix ans durant au Conservatoire de Moscou.
Sa rencontre en 1960 avec Andreï Tarkovski, avec qui il coécrit plusieurs scénarios
(Le Rouleau compresseur et le violon,
L’Enfance d’Ivan,
Andreï Roublev), l'oriente vers le cinéma.

Il signe par la suite une trentaine de scénarios.
Son premier long-métrage, qu'il réalise en 1963,
Le Premier Maître
reçoit un accueil favorable en Union soviétique, et est projeté dans de nombreux festivals internationaux.
Le Bonheur d'Assia (1967) est censuré par les autorités soviétique.
La peinture trop réaliste de la misère paysanne ne correspondait pas à la vision officielle des kolkhozes. Sorti vingt ans plus tard, le film sera considéré comme son chef-d'œuvre.
Suivront des adaptations de classiques russes, puis Sibériade qui remporte un succès d'estime.
Nikolaï s'exile alors à Hollywood, où ont lui doit  Runaway Train (1985) 
et Tango et Cash (1989).
Puis retour en Russie dans les années 1990.
Il y tourne
Le Cercle des intimes (1991),
Riaba ma poule (1994),
La Maison de fous (2002)
qui lui vaut le Grand prix du jury à la Mostra de Venise.
Nikolaï obtient ensuite le Lion d'argent du meilleur réalisateur pour
Les nuits blanches du facteur (2014).
En 2016, il reçoit de nouveau cette récompense pour le film Paradis.

 tumblr_m09ozdZAqE1rql6ico1_1280.jpg

les enfants
sans-titre.png
Aucune information sur Misha BABUROV.

imgsrc.ru_10666447sPt.jpg
 

les commentaires

Cet ambitieux film ne constitue pas moins un exploit que l'encapsulation tumultueuse de la Russie au XXème siècle.
Il retrace l'histoire captivante de trois générations de deux familles russes de la région reculée de la Sibérie.

 



07/09/2019
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres