LES ENFANTS DU CINOCHE

MARIE


Belgique
1993
Drame
1h31 
date de sortie en France : 3 août 1994

 

Prix du Public aux Rencontres Cinématographiques de Cannes
Grand Prix du Public au Festival du Jeune Cinéma Européen de Mamers
Giffoni Film Festival :
Meilleur Film
Meilleure Interprétation féminine (Marie Gillain)
Prix spécial du Président de la République
Prix des Exploitants de salles d’Italie
Festival de Paris :
Grand Prix
Prix d’Interprétation féminine (Marie Gillain)

 

avec Alessandro SIGONA (Tonio)
et Marie GILLAIN (Marie) Aurore CLEMENT (La mère de Marie) Stéphane FERRARA (Paulo)

 

le sujet

 

 

 

 

 

 






Marie, vingt ans, quitte sa mère célibataire, sa ville de province et rejoint Bruxelles avec Paulo, un malfrat malmené lui aussi par la vie. C'est une route semée d'embuches et de fuites en avant ou Marie va rencontrer Tonio, sept ans, le fils de Paulo.

Pour empêcher qu'on enferme Tonio dans un home, Marie doit se battre encore et reprendre la route.

le réalisateur

 

Belge, Marian HANDWERKER est né le 14 décembre 1944 en ex-URSS.
Il vit depuis plus de 30 ans en Belgique, après être sorti avec la plus grande distinction de la section Réalisation Cinéma TV de l’IAD (Institut des Arts de Diffusion) à Bruxelles, en 1971.
En 1970, alors qu’il n’a pas encore terminé ses études, il réalise deux courts et un moyen-métrage.
En 1971, Marian réalise comme film de fin d’études un moyen métrage mi-fiction mi-documentaire Pois Pois. Ce dernier a été diffusé par neuf télévisions étrangères et primé plusieurs fois (Sesterce d’argent, Prix de la Presse et Prix de la Télévision Suisse Romande au festival de Nyon, Coupe pour le meilleur documentaire social au festival de Knokke).
En 1973, il réalise son premier long métrage, La cage aux ours, qui reçoit le Premier Prix au Concours de Scénario organisé par le Ministère de la Culture Française de Belgique et qui est en sélection officielle au festival de Cannes.
En 1977, Marian réalise un nouveau moyen métrage, qui est suivi en 1978 par La Pologne et en 1980, par Et le vent souffle de la mer, et par Miracle sur la Baltique. Ce dernier a été programmé par onze télévisions étrangères et a reçu le Grand Prix de l’Information de la Communauté des Télévisions Francophones.
En 1983, il réalise son second long métrage, Le voyage d’hiver qui a été sélectionné par le Festival de San Remo, aux Rencontres de Sorrente et au Festival de San Sébastian.
Son troisième long métrage sort en 1985.
En 1988, Marian se lance dans une succession de moyens métrages pendant deux ans.
En 1991, il revient vers le long métrage en réalisant Auchwitz : un voyage d’affaire, qui est suivi de cinq moyens métrages.
En 1998, il achève son dernier long métrage, Pure Fiction, qui est basé sur les faits réels ayant touchés la Belgique durant l’année 1994.
Celui-ci est suivi l’année suivante d’un épisode de la série Docteur SylvestreLe don d’un père.
En 2003 est sorti Quelle est jolie, notre petite rue.


les enfants

Premier rôle pour Alessandro SIGONA.
Par la suite, on l'a vu à la télévision, dans La veuve de l'architecte et Tous les papas ne font pas pipi debout.
Funérailles (1996) est son autre film de cinéma.
On a perdu la trace d'Alessandro en 1998.

 

les commentaires

 

Il s'agit du second film de Marie Gillain, après Mon père ce héros.

 

 

 

 



07/12/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres