LES ENFANTS DU CINOCHE

LES MISERABLES (Jean-Paul Le Chanois)

19649803.jpgFrance / Italie / Allemagne
1957
drame
4h02 (2 époques)
date de sortie en France : 12 mars 1958

 

avec
Martine HAVET (Cosette enfant)
Jimmy URBAIN (Gavroche)
Christian FOURCADE (Le petit ramoneur)
et Jean GABIN (Jean Valjean) Bernard BLIER (Javert) BOURVIL (Thénardier) Giani ESPOSITO (Marius Pontmercy) Elfriede FLORIN (La Thénardier)

 

le sujet

Capture.PNG
Le destin de Jean Valjean, condamné au bagne pour avoir volé un pain.

A sa sortie en 1815, sa rencontre avec Monseigneur Myriel, l'évêque de Digne, va bouleverser sa vie.
63594171.jpg
A la suite d'une rapine dont est victime un jeune ramoneur, et se remémorant les paroles de l'homme d'église, Valjean est décidé à se ranger et à devenir quelqu'un d'honnête. 

Dès lors, il va s'évertuer à ne faire que le bien autour de lui, au détriment de son propre bonheur.

 

le réalisateur

Jean-Paul LE CHANOIS est né le à Paris.

Connu pour son engagement politique au sein du Parti communiste français, son syndicalisme dans le milieu de cinéma, et ses activités dans la Résistance sous l'Occupation allemande, ont été remarqués.

Licencié en droit et en philosophie, Jean-Paul poursuit un temps des études de médecine qu'il abandonne pour exercer divers petits métiers : marin, manœuvre, ouvrier typographe.
En 1930, il entre à La Revue du Cinéma, puis joue dans les films de la société Pathé, avant de devenir attaché de direction de la société.
Il quitte son poste pour travailler comme assistant aux côtés de Julien Duvivier, Alexandre Korda, Maurice Tourneur et Jean Renoir, avant d'exercer le métier de monteur.

Il réalise ses premiers films avant la guerre (Le Temps des cerises en 1938 et L'irrésistible rebelle en 1940).

Jean-Paul  a dirigé le Comité de libération du cinéma français, organisme de résistance sous l'Occupation, sous le pseudonyme de Marceau et signe un film unique : Au cœur de l'orage (1944). Réalisé à partir de séquences filmées dans le Maquis du Vercors, c'est le seul film sur la résistance tourné sous l'Occupation.

Après la guerre, il écrit quelques scénarios et dialogues pour d'autres cinéastes avant de réaliser, en 1945, Messieurs Ludovic.
En 1948, sort L’école buissonnière (Grand Prix du Festival de Knokke-le-Zoute), film assorti d'un beau succès commercial.
Après La Belle que voilà (1949), il allie le populisme traditionnel du cinéma français au néoréalisme italien d'après-guerre, avec Sans laisser d'adresse (1950, Ours d'or au Festival de Berlin).

Jean-Paul se tourne ensuite vers un cinéma moins élaboré, exploitant une veine souriante et comique. C'est, en 1953, Village magique avec Robert Lamoureux et Lucia Bosè, et en 1954, l'un de ses plus grands succès, Papa, maman, la bonne et moi, une comédie de mœurs sur la famille française type.

Cinéaste engagé, ses films portent un regard sur les avatars contemporains : la crise du logement pour Papa, maman, la bonne et moi, l'accouchement sans douleur pour Le Cas du docteur Laurent (1956) ou l'éducation permissive des enfants avec Par-dessus le mur (1961).

Jean Gabin, devenu son acteur fétiche depuis ce film, il le dirigera deux autres fois dans Monsieur et Le Jardinier d'Argenteuil, avant de mettre un terme à sa carrière cinématographique.
Jean-Paul travaillera un temps pour l'ORTF, crée une association, L'Image et la Mémoire, destinée à recueillir les témoignages filmés de tous les vétérans qui avaient fait le cinéma français.

Il écrit quelques chansons pour Édith Piaf et Yves Montand, met en scène au théâtre plusieurs pièces, dont Phèdre et Don Quichotte.
Jean-Paul est élu, en 1972, vice président du Syndicat national des auteurs et des compositeurs CGT.
Au cours de sa carrière, il aura  été récompensé du Grand prix du cinéma français 1955 pour Les Evadés, fait Chevalier des Art et des Lettes en 1978, puis Commandeur en 1984.

Marié à Silvia Monfort, Jean-Paul meurt le en Haute-Savoie.

 

les enfants

Captu nnnre.PNG
Martine HAVET naît Martine Marguerite Cornille Havet le

Elle a fait carrière au cinéma dans des rôles d'enfants, notamment en côtoyant Bourvil dans trois de ses films.
Après avoir incarné Cosette, son premier rôle, elle est serveuse dans Le Joueur (1958), s'appelle Pierrette Michaud dans Le chemin des écoliers (1959), Clotilde Haudoin dans La jument verte (1959). 
Capture.PNG
Elle a également enregistré, de la fin des années 1950 jusqu'à la fin des années 1960, une douzaine de 45 tours (photo), principalement destiné à la jeunesse.

Martine fit de nombreuses tournées avec Jean Nohain dans les années 1960.

Screen-Shot-2015-01-16-at-19_44_18-PM.png

 Elle a fait partie du groupe musical Profilqui représenta la France au Concours Eurovision de la chanson à La Haye, en 1980.

On a revu Martine dans l'émission de France 2, Un jour, un destin, consacrée à André Bourvil, et dans laquelle elle témoigne.

tumblr_inline_mhvnv0uQwf1qz4rgp.png
Jimmy URBAIN est né le à Paris.

Il fait ses débuts, à sept ans, dans On n'aime qu'une fois de Jean Stelli (1950).

sans-titre.png
Dans sa filmographie qui dura 18 ans, on peut citer Chiens perdus sans collier (photo) de Jean Delannoy (1955), Les diaboliques d'Henri-Georges Clouzot (1955), Milord l'Arsouille d'André Haguet (1955), Mayerling de Terence Young  (1968).

Capture.PNG
Pour la biofilmographie complète de Christian FOURCADE, se connecter à ce lien.
 

les commentaires

 

Cette adaptation du roman de Victor Hugo doit beaucoup à sa distribution ; Jean Gabin, Bourvil, Danièle Delorme, Bernard Blier, Fernand Ledoux, Serge Reggiani...

Emile Genevois, qui incarnait le personnage de Gavroche dans la version de Raymond Bernard, Les Misérables (1934), fait une brève apparition dans le rôle d'un cocher d'omnibus.

 

La version des deux époques a été réduit respectivement à 1h25 puis à 1h35 pour la version DVD, ce qui peut expliquer certaines ellipses suspectes.
 

 

Le tournage a duré du 1er avril au 25 octobre 1957, et s'est déroulé en studios en Allemagne et en France, puis en extérieurs à Paris, et dans le département du Var. 

Cette version de l'œuvre de Victor Hugo est le plus grand succès cinématographique de 1958.

 



02/12/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres