LES ENFANTS DU CINOCHE

LES DISPARUS DE SAINT-AGIL


les_disparus_de_saint_agil.jpg
France

1937
Comédie dramatique
1h40
N&B
date de sortie : 6 avril 1938

 

avec
Jean CLAUDIO (Mathieu Sorgue)
et Serge GRAVE (Baume) Marcel MOULOUDJI (Philippe Macroy) Erich VON STROHEIM (Walter, le professeur d’anglais) Michel SIMON (Lemel, le professeur de dessin) Aimé CLARIOND (le directeur du collège)

 

le sujet

disparus04.jpg
Au collège de Saint-Agil, des choses étranges se passent la nuit. Et des élèves commencent à disparaître.

images.jpg
Beaume, Sorgue et Macroy, trois élèves, ont créé une association secrète, Les Chiches Capons, dans le but de préparer un tout aussi secret projet de départ pour l'Amérique.

Un soir, dans la salle de sciences naturelles, Sorgue voit un homme traverser un mur.
Suite à une visite chez le directeur à propos d'un chahut, Sorgue disparaît. Puis c'est au tour de Macroy.
L'établissement est en émoi. Le directeur envisage de renvoyer Beaume, le dernier membre du trio encore présent, après la fête du collège. 

 

le réalisateur

images (1).jpg
CHRISTIAN-JAQUE est né Christian-Albert-François Maudet le 4 septembre 1904 à Paris.

Fils d’un directeur de fonderie et d'une femme au foyer, il poursuit sa scolarité à Paris.
Bachelier, il effectue ensuite des études d’architecture à l'École nationale supérieure des beaux-arts et à l'École nationale supérieure des arts décoratifs, à Paris.
En 1924, Christian-Jaque dessine des affiches de cinéma pour une compagnie américaine, la First National, en collaboration avec Jacques Chabraison. Ils signent leurs travaux de leurs prénoms accolés : Christian-Jacque(s). Le jeune homme  conservera ce pseudonyme lorsqu'il deviendra, deux ans plus tard, journaliste pour la revue Cinégraph, puis décorateur de cinéma de 1927 à 1931.
Sa filmographie, d’une longévité exceptionnelle, est impressionnante : de 1932 à 1977, il réalise six courts-métrages, trois sketches et cinquante-neuf longs métrages. De 1968 à 1985, il travaille sur une soixantaine de téléfilms.
Sous l’Occupation, Christian-Jaque réalise deux films pour la compagnie française à capitaux allemands Continental-FilmsL'Assassinat du père Noël et La Symphonie fantastique rencontreront un énorme succès public. Christian-Jaque finira la guerre dans les rangs des FFI.
téléchargement.jpg
En 1959, il réalise Babette s'en va-t-en guerre avec la toute jeune Brigitte Bardot.

Les jeunes spectateurs de l'époque et téléspectateurs peuvent souvent revoir, encore aujourd'hui, La tulipe noire, dont il signa également le scénario.
Christian-Jaque a été fait chevalier de la Légion d’honneur, officier de l’ordre national du MériteCroix de guerre 1939-1945 et commandeur des Arts et des Lettres. Il meurt d'une crise cardiaque le 8 juillet 1994.
Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise.

Parmi les acteurs qu’il a dirigés : FernandelMistinguettFrançois PérierHarry BaurBernard BlierJean-Louis BarraultRenée Saint-CyrJules BerryMicheline PresleLouis JouvetViviane RomanceEdwige FeuillèreJean MaraisGérard PhilipeDaniel GélinMaria CasaresCharles BoyerPierre BrasseurGina LollobrigidaSophia LorenDanielle DarrieuxMartine Carol (sa femme de 1954 à 1959), Claudia CardinaleJean-Louis TrintignantMichel PiccoliBrigitte Bardot, Alain Delon, Francis BlancheRobert HosseinMarina VladyBourvilAnnie GirardotJean Yanne...

310380e1f8d4.jpg


les enfants

a22ad20f6d80.jpg
Jean CLAUDIO (en fait Claude Daniel Robert Martin) naît le 28 mars 1927 à Neully-sur-Seine.
Il commence sa carrière d'acteur au cinéma à dix ans, en jouant le rôle du tsarévitch, fils du tsar Nicolas II, dans La Tragédie impériale (1938).

La même année il interprète magnifiquement Mathieu Sorgue dans Les Disparus de Saint-Agil
Jean entre au conservatoire de Paris où, à quatorze ans, on lui confie le rôle de Chérubin dans Le Mariage de Figaro.
Il tourne au cinéma pour John Huston (Moulin Rouge1952), pour Jean Renoir (Le Déjeuner sur l'herbe, 1959), pour Henri Verneuil (Mille Milliards de dollars, 1981).
Jean a, par la suite, fait une carrière internationale, en particulier aux Etats-Unis.

On l'a également vu sur le petit écran dans un épisode de Pour l'amour du risque et dans les feuilletons L'Amour en héritage et Le Tiroir secret.
Jean décède le 11 janvier 1992 à Saint-Cloud.

74bff329ea5b.jpg

Serge GRAVE (photo, à gauche) est né le 21 septembre 1919 à Paris.
Adolescent, il est spécialisé dans les rôles d'enfant et de jeune garçon. Sa carrière est bien moins fournie à l'âge adulte.
Il débute à l'âge de 14 ans dans Sans famille, réalisé par  
Marc Allégret, qu'il retrouve la même année pour L'Hôtel du libre échange  et Zouzou.
Sacha Guitry l'engage pour Le Roman d'un tricheur
  et Mon père avait raison, les deux en 1936.
Christian-Jaque fait appel à lui, après Les disparus... pour L'enfer des anges (1941).
Serge meurt  le 30 janvier 1995 à Meaux, en Seine-et-Marne.

4517.jpg

Pour la biofilmographie de Marcel MOULOUDJI, se connecter à ce lien.

 

les commentaires0260e1f1fc33 (1).jpg
Le roman a été également adapté pour la télévision en 1990, avec Micheline PresleMichel Galabru et Claude Melki.


Le générique de début de Star Wars ressemble au déroulé du générique de début du film.
La musique, de ce même générique, des Disparus a inspiré l'une de Star Wars.

 
Le scénario est signé Jean-Henri Blanchon d'après le roman éponyme de Pierre Véry. Jacques Prévert en est le dialoguiste, bien qu'il ne soit pas crédité au générique. 



Charles Aznavour et Serge Reggiani font une apparition dans le rôle de deux élèves.

 

Les Disparus de Saint-Agil a fait l'objet d'une adaptation télévisée en 1991.



24/07/2014
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres