LES ENFANTS DU CINOCHE

LE GAMIN AU VELO


3102.jpg
Belgique

2010
drame
1h27
date de sortie en France : 18 mai 2011

Grand Prix du festival de Cannes
European Award du meilleur scénario
Meilleur espoir masculin au Magritte du cinéma (Thomas Doret)
San Diego Film Critics Society
Award du Meilleur film en langue étrangère 

Nommé au Golden Globe du Meilleur film étranger

 

avec
Thomas DORET (Cyril)
et Cécile DE FRANCE (Samantha) Jérémie RENIER (Guy, le père de Cyril) Egon DI MATEO (Wes) Samuel DE RICK (le gardien du centre) Olivier GOURMET (le patron du café)

 

le sujet

images.jpg
Cyril, un enfant de presque douze ans hébergé dans un foyer pour jeunes, tente désespérément de retrouver son père qui l'abandonnera finalement. Cyril refuse d'admettre que son père a déménagé, l'a abandonné et a vendu son vélo.

GV.jpg
Il rencontre une coiffeuse, Samantha, qui va s'attacher à lui et qui rachète le vélo, ce vélo noir qui accompagne Cyril et représente bien plus qu'un vélo, c'est le lien vers son père.

Le gamin au velo 2.jpg
Mais un trafiquant de drogue local, Wes, tente d'impliquer Cyril dans ses méfaits. Cyril hésitera entre Samantha et Wes puis comprend où est la bonne voie.

 

le réalisateur

le-gamin-au-velo-le-gamin-au-velo-18-05-2011-12-g1-180x128.jpg
Jean-Pierre, né le 
 à Engis, et Luc DARDENNE, né le   aux Awirs, sont deux frères belges qui réalisent leurs films en commun. Ils sont également scénaristes et producteurs.
Leur cinéma connaît un impact international, notamment grâce au Festival de Cannes, où plusieurs de leurs réalisations ont été présentées et récompensées.
Ils font partie du cercle des sept réalisateurs deux fois lauréats de la Palme d'or. Ils sont aujourd'hui considérés comme les grands représentants du cinéma social européen, au même titre que Ken Loach et Mike Leigh.
Les frères grandissent dans la banlieue industrielle de Liège, à Seraing. Leur cinéma s'enracine dans cette région de leur enfance.
C’est en tant qu'étudiant en art dramatique à l'Institut des arts de diffusion de Bruxelles que Jean-Pierre rencontre Armand Gatti, metteur en scène et poète, qui l'influence et lui permet de débuter dans la réalisation en lui proposant, ainsi qu’à son frère Luc, de devenir les assistants de ses expériences théâtrales, puis plus tard de son film Nous étions tous des noms d'arbres.
Après leurs études respectives (Jean-Pierre en art dramatique et Luc en philosophie), Les Frères comme les appellent leurs amis et collaborateurs, tournent des vidéos militantes sur les interventions et les luttes dans des cités ouvrières, qu'ils financent grâce à leurs petits emplois respectifs. L’art filmique et les aspects sociaux de la vie se rencontrent dans leurs projets qu'ils diffusent dans les cités. Ces deux éléments sont à la base de leur cinéma engagé, qu'il soit du côté de la fiction ou du documentaire.
Soucieux de bénéficier des structures qui leur permettraient de lier indépendance, engagement social et cinéma, Luc et Jean-Pierre créent en 1975 la maison de production Dérives, qui se lance dans le financement d'une cinquantaine de documentaires. Ils fondent ensuite, en 1981, la société Films Dérives Productions qui produit six longs métrages puis, en 1994, Les Films du Fleuve qui finance toutes leurs réalisations à partir de La Promesse et participe entre autres à la production de nombreux films d'auteur : Le Mystère de la chambre jaune de Bruno PodalydèsLe Couperet de Costa-GavrasL'Exercice de l'État de Pierre SchoellerLa Part des anges de Ken Loach...
En 1978, les frères réalisent de nombreux documentaires sur les radios libres et traitent des problèmes engendrés par la vie collective. Dans d'autres travaux, ils évoquent notamment les journaux clandestins, ou encore la résistance anti-allemande en Belgique. En 1981, ils retrouvent Armand Gatti pour le film Nous étions tous des noms d’arbres, pour lequel Luc est le premier assistant réalisateur, et Jean-Pierre le premier assistant caméra.
En 1987Falsch, adapté d’une pièce de René Kalisky et co-écrit avec Jean Gruault, scénariste de François Truffaut, marque un tournant décisif dans leur carrière. A partir de cette œuvre à mi-chemin entre fiction et théâtre filmé, les cinéastes se consacrent au genre fictionnel. Cependant, leur cinéma de fiction, toujours engagé, reste proche du documentaire dans sa forme et son contenu.
Les Dardenne réalisent Je pense à vous (1992), avec Robin Renucci et Fabienne Babe. Cette expérience négative, qui se solde par un échec commercial, convainc les cinéastes d'alléger leur mode de production et d'affiner leur manière de filmer, en réaction aux fictions majoritaires. Les Frères sont découverts par le public et la critique en 1996, année qui marque la première étape de leur glorieux parcours cannois.
Ils présentent, à la Quinzaine des réalisateurs, La Promesse qui révèle Jérémie Renier, héros de L'Enfant,  et Olivier Gourmet, interprète du Fils. Outre son importance pour la suite de la carrière des frères Dardenne, ce film préfigure les thèmes qui seront au centre de leur œuvre : le conflit entre enfants et parents, entre une société en perdition et une jeunesse égarée, et enfin entre un monde libéral et exploiteur et ses victimes ; motifs rappelant parfois le cinéma de Ken Loach et Mike Leigh. Le décor post-industriel de la périphérie liégeoise reste leur cadre de prédilection, et on décèle déjà leur manière singulière de coller convulsivement à leur personnage principal, en montrant ses gesticulations. Le va-et-vient continuel des héros dans un quotidien de débrouille et de clandestinité, filmé caméra à l'épaule, devient l'une des caractéristiques de leur mise en scène qui évolue, par la suite, vers une forme plus posée.
En 1999, les Dardenne sont reconnus mondialement grâce à leur première Palme d'or cannoise, obtenue pour Rosetta. Cette fiction raconte le combat d’une jeune femme en quête désespérée d’un emploi et lance la carrière d'Émilie Dequenne, comédienne débutante, qui reçoit le Prix d'interprétation féminine.
En 2002, les réalisateurs permettent à Olivier Gourmet d'être aussi honoré d'un Prix d'interprétation à Cannes grâce à son rôle dans Le Fils, film d'une grande intensité dramatique sur les relations père / fils et la difficulté de pardonner.
En 2005, les frères Dardenne rejoignent le club restreint des cinéastes doublement palmés à Cannes (au côté d'Emir Kusturica, président du jury d'alors) grâce à L'Enfant, nouvel opus sur la précarité et la rédemption, interprété par Jérémie Renier et Déborah François.
En 2008Le Silence de Lorna, drame sur l'immigration clandestine et le mariage blanc, leur vaut un autre trophée cannois : le Prix du scénario.  
diapo 6 dardennes_0 (1).jpg
Ils ratent de peu une troisième palme mais gagnent le Grand Prix (photo) pour Le Gamin au vélo.
Les frères reviennent une sixième fois en compétition sur la Croisette, en 2014, avec Deux jours, une nuit où ils dirigent Marion Cotillard dans un rôle d'ouvrière revenue de dépression, obligée de convaincre ses collègues de renoncer à leurs primes pour conserver son emploi. Nonobstant une presse très enthousiaste, les réalisateurs ne figurent pas au palmarès pour la première fois de leur carrière.

Ils ont reçu le prix Robert-Bresson à la Mostra de Venise 2011 pour l'ensemble de leur œuvre.
Depuis, ils ont tourné Deux Jours, Une Nuit (2014) et La Fille Inconnue (2016).

333357-big-le-gamin-au-velo-59-843753932-620x0-1.jpg 


les enfants

Thomas DORET, est né le 
images (1).jpgLe Gamin au vélo est sa première expérience. Son rôle lui permet de décrocher le Prix du meilleur acteur au Texture Film Festival (Russie), L’artiste liégeois de l'année 2011 et le Prix du meilleur espoir masculin aux Magritte du cinéma.

L'année suivante, on le retrouve dans Renoir de Gilles Bourdos.
En 2013, Thomas est Président du jury jeune au festival international du film policier de Liège et Ambassadeur d'honneur de la province de Liège. Ce qui ne l'empêche pas de participer au documentaire Quand je serais petit je serai acteur de Eric Guirado et Keren Marciano.
Suivront Trois Coeurs (2014), puis deux courts métrages, un téléfilm, tout ça la même année, puis Notre fils d'Yves Angelo.

En 2015, Thomas est au générique des séries télévisées Paris et Les revenants.

 

 

 

les commentaires

download.jpg

En 2003, les frères Dardenne sont au Japon afin de promouvoir leur film Le Fils. A l'issue d'un débat, une juge leur parle d'un enfant qui, recueilli dans un foyer, grimpait continuellement sur le toit pour épier l'arrivée de son père qui l'avait abandonné. À dix-huit ans, à peine sorti du foyer, il tomba dans la délinquance.


Le Gamin au vélo a été tourné en 55 jours dans la région liégeoise, et plus particulièrement à Seraing, d'août à octobre 2010. C'est le premier film des frères Dardenne tourné en été, et c’est également la première fois que les frères font appel à une actrice renommée, Cécile de France.

Le film a été réalisé sous le titre de production Délivrez-moi!.


Le scénario du film suit une structure narrative et thématique inspirée des contes de fées et des mythes universels. Ainsi, le parcours du garçon ressemble à un récit initiatique où l'enfance est peu à peu quittée pour la maturité du monde adulte.
Un mentor (la bonne fée incarnée par la coiffeuse Samantha) comble une défaillance parentale et aide le protagoniste à trouver son équilibre dans une société dangereuse. Mais la tentation de l'ombre (la méchante sorcière qui trouve un avatar contemporain dans la personne du petit caïd Wes) n'est jamais loin pour perdre le héros.

Fait inhabituel pour un film des Dardenne, la bande son comporte de la musique, qui pourrait agir comme une caresse apaisante pour Cyril. 

 



07/07/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres