LES ENFANTS DU CINOCHE

Jacques TATI

Jacques TATI, est né Jacques Tatischeff le 9 octobre 1907 au Pecq, dans les Yvelines. D'origine franco-russo-néerlando-italienne, il paraît avoir été un écolier médiocre. En revanche, il est assez sportif et pratique le tennis et l'équitation. Il abandonne les études à 16 ans et entre comme apprenti dans l'entreprise familiale, où il est formé par son grand-père. Jacques abandonne le métier d'encadreur en 1931, au moment où la crise économique mondiale atteint la France, et notamment le monde du spectacle. Il connaît donc une période très difficile, au cours de laquelle malgré tout il élabore le numéro qui deviendra Impressions sportives. En 1935, il débute au music-hall et joue pour le gala du journal Le Journal, fêtant le record de la traversée de l'Atlantique par le Normandie. Parmi les spectateurs se trouve Colette, qui fera par la suite un commentaire très élogieux du numéro de Tati. Il est ensuite engagé dans la revue du Théâtre-Michel, puis après un séjour à Londres, il est engagé en 1936 à l'A.B.C. À partir de là, il travaille sans interruption jusqu'à la guerre. Durant les années 1930, il commence aussi à jouer comme acteur de cinéma. Entre 1940 et 1942, démobilisé, Jacques présente ses Impressions sportives au Lido de Paris.  Il se produit aussi à la Scala de Berlin en 1942. Puis il quitte Paris et passe quelques mois de 1943 à Sainte-Sévère avec un ami, le scénariste Henri Marquet ; ils y écrivent le scénario de L'école des facteurs. Envisagé comme substitut éventuel de Jean-Louis Barrault pour Les enfants du paradis, il joue le rôle du fantôme dans Sylvie et le fantôme de Claude Autant-Lara, et figure aussi dans Le Diable au corps. En 1946, Jacques réalise un court métrage intitulé L'école des facteurs.
Le réalisateur
pressenti était René Clément, mais celui-ci est alors occupé par La Bataille du rail et c'est Tati qui va assumer la fonction.

Son premier long métrage, Jour de fête (photo), tourné en 1947, ne sort que le 4 juillet 1949, en raison des réticences des distributeurs français. Le film connaît finalement un grand succès public en France, même si les critiques sont généralement peu enthousiastes. Le film reçoit cependant le Grand prix du cinéma français. Il devait être un des premiers longs-métrages français en couleur, mais l'aspect expérimental du nouveau système couleur Thomsoncolor et le coût élevé d'un tirage couleur firent qu’il dut sortir en noir et blanc. Ce n'est qu'en 1995 qu'une copie couleur put être tirée et présentée au public.

Le tournage des Vacances de Monsieur Hulot (photo), se déroule à Saint-Marc-sur-Mer, non loin de Saint-Nazaire. Le personnage de M. Hulot a été inspiré à Tati par un véritable Monsieur Hulot, qui n'était autre que le grand père de Nicolas Hulot. Ce nouveau personnage est très remarqué par la critique, mais aussi par le public du monde entier, et le film va recevoir plusieurs récompenses dont le Prix Louis-Delluc. Les Vacances reste l'un des films français les plus appréciés de cette période.
Mon oncle est sorti en couleur en 1958, ainsi qu'une version anglaise, My Uncle, légèrement différente par la durée et le scénario.
Grâce à ses multiples récompenses, la famille Tati s'installe à Saint-Germain-en-Laye.
Jacques meurt le 4 novembre 1982 à Paris.



22/05/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres