LES ENFANTS DU CINOCHE

1 - L'IDEE DE DEPART

Vous avez une idée de scénario ? Bravo !
Mais cette idée que vous trouvez géniale peut s'avérer minable si vous l'agencez et la présentez mal. Je vous propose donc de passer en revue toutes les étapes de l'écriture d'un scénario.

DYLAN & SCENAR .JPG
Une bonne idée ne donne pas forcément un bon film. Encore faut-il l'exploiter de la bonne manière, de façon à accrocher le lecteur, et plus tard, le spectateur. L'un des désagréments lorsque l'on est scénariste, c'est que tout a déjà été exploité, mais pas par nous.

Quelques exemples de bonnes idées bien exploitées :

 

- Un ado de dix-sept ans est accidentellement projeté dans le passé et met en péril sa propre existence.

 

- Une mère désespérée fait croire à deux anciens amants qu'ils sont le père de son fils ado fugueur.

 

- Elle est la plus grande chanteuse de tous les temps, il est champion de boxe. Ils s'aiment de façon fulgurante et intense. Le destin fera de leur histoire une légende.

 

- Des terroristes parviennent à prendre le contrôle de l'Air Force One, l'avion présidentiel américain. Ils avaient oublié un petit détail : le président lui-même.

 

- Freddy est en colère et en veut à tout le monde. Au réalisateur Wes Craven, tout d'abord, qui l'a fait mourir dans le film précédent, à l'actrice Heather Langenkamp, dont le personnage lui tient tête dans le premier épisode et à l'acteur Robert Englund, qui lui a donné vie.

 

Les plus cinéphiles d'entre vous auront reconnu l'idée de départ de Retour vers le futur, Les compères, Edith et Marcel, Air Force One et Freddy sort de la nuit (Freddy 7).

Bien sûr, la liste peut être longue. Mais de bonnes idées peuvent donner des films mauvais ou plus que moyens. Citons L'affût, Pédale dure, Small soldiers, La soif de l'or, Mon père ce héros, sans oublier le piètre Jumeaux qui, sur une idée de départ originale, auraient pu donner des films intéressants. Car ce n'est pas tout de divertir, il faut faire réagir le public, le faire rire, pleurer, l'émouvoir, le faire s'attacher au héros. Sinon, il se fichera royalement de savoir ce qu'il lui arrivera.

 

Créer un personnage n'est pas une chose aisée. Il faut en faire un héros. Et ce héros sera entouré de personnages qui vont le faire avancer dans sa quête, car un personnage à qui il n'arrive rien n'est pas intéressant à suivre.

 

LE HEROS aussi appelé protagoniste ou personnage principal, il est celui dont on raconte l'histoire. Pas nécessairement bon et courageux, il doit traverser une aventure physique, émotionnelle, spirituelle... etc... et atteindre son objectif, recevoir une révélation.

 

LE MENTOR bienfaiteur et guide du héros. Il lui transmet les connaissances. On le représente traditionnellement sous les traits d'un vieil homme sage.

 

L'ANNONCIATEUR ce personnage annonce le héros ou apporte la nouvelle qui déclenche sa quête. Il peut s'agir également d'une personne, un(e) ami(e) ou un(e) amoureux(se) par exemple, qui pousse le héros à accomplir sa mission.

 

LE GARDIEN DU SEUIL personnage ou objet, il constitue un obstacle sur le chemin du héros. Il peut également s'agir d'une force maligne, comme le doute.

 

LE MUTANT sans aller jusqu'à des personnages extrêmes, tels que les X-Men ou un loup-garou, ce personnage présente une apparence trompeuse. La femme fatale, dont la beauté et le charme cachent un aspect sinistre, par exemple.

 

LE LUDION plus connu sous le nom de trickster, il apporte à l'histoire une pause comique, en brisant la tension par ses bêtises ou en semant la zizanie.

 

L'OMBRE tout ce qui est négatif et doit être détruit par le héros est ombre.

 

A présent que vous avez l'idée de votre scénario et vos personnages, les choses sérieuses commencent.



04/01/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres